Le Butaï est utilisé dans le genre narratif japonais Kamishibaï, qui signifie « théâtre de         papier ». A l’aide de différentes planches, on raconte une histoire. Chaque planche représente un épisode du récit: le recto montre les dessins, et le verso permet au compteur de lire le texte. L’ensemble des planches se place dans le Butaï dans l’ordre de leur numérotation, et le narrateur les déploie au fur et à mesure de l’histoire. Les histoires à raconter peuvent être issues d’ouvrages, de l’imagination ou encore de films… Le Butaï est personnalisable à la craie selon les histoires choisies.

Pourquoi c’est top pour les équipes d’animation?

Le Butaï présente un double intérêt : il peut apparaitre comme un support à l’utilisation des livres afin de sensibiliser des jeunes sur différentes thématiques : différence, handicap… Mais il peut également être une « finalité » dans le cadre d’un atelier  « bois » au sein duquel des enfants pourraient fabriquer leur propre théâtre japonais et/ou leur histoire sur planche. N’hésitez pas à nous demander la fiche de fabrication: acmhandicap@gmail.com

Nous avons également complété les malles par de nouveaux ouvrages:

Prendre & donner de Lucie Félix, les grandes personnes

L’enfant est l’acteur de ce livre à jouer. Dès la première page, il détache une forme géométrique simple pour la remettre à la page suivante, puis à chaque double-page une autre forme doit être déplacée. L’adulte est là pour lui lire les consignes et les
couples de verbes illustrant les contraires. À « prendre et donner » succèdent « casser, construire », « ouvrir, fermer », « allumer, éteindre ». Les concepts deviennent plus complexes : l’enfant prend conscience de sa propre présence dans le livre.

Le livre noir des couleurs de Menena Cottin et Rosana Faria, Rue du Monde

On suit ici les perceptions sur les couleurs de Thomas. Pour le jeune homme, « la couleur verte sent l’herbe fraîchement coupée et elle a la saveur de la glace à la menthe ». Ce sont les sensations sur les couleurs que cet enfant ne voit pas qu’on découvre ici une à une. Le lecteur ne sera donc pas étonné de ne trouver que du noir dans cet ouvrage où les illustrations se découvre aussi par le toucher. Ces illustrations sérigraphiées apparaissent en relief tandis que le texte pourra aussi se lire en braille.

De quelle couleur est le vent ? de Anne Herbauts, les Albums Casterman

Lors de sa quête, « petit géant » croise un chien, une montagne, une fenêtre, la pluie ; il les interroge tous, et tous ont une réponse à donner : mots et images disent le
tâtonnement, l’hésitation… Qu’il soit ou non voyant. Un livre tactile où l’on peut « toucher » la pluie, reconnaître la silhouette de l’éléphant, caresser le vernis d’une pierre, effleurer l’enchevêtrement des algues marines. Les moindres petites choses se mettent au service d’une perception, d’une sensation.

N’hésitez pas à nous solliciter!